825 Ave Laurier E., Montréal (QC), H2J 1G2
Du Lundi au Vendredi : 9h - 17h
514 342-FISC (3472)
Close
514 342-FISC (3472)
Du Lundi au Vendredi : 9h - 17h

Le REEE – parce qu’il n’y a pas que les droits de scolarité

 

Face à la hausse constante des coûts de l’éducation, mieux vaut commencer tôt à économiser pour les études de vos enfants. Lorsqu’ils auront terminé leurs études secondaires, vous aurez idéalement un régime enregistré d’épargne-études (REEE) ayant bénéficié pendant des années de la croissance composée et des subventions gouvernementales.
Mais quels seront vos besoins?
Il n’est pas facile de prédire le parcours scolaire d’un enfant, surtout lorsqu’il est jeune. Ainsi, il est plus coûteux de faire une maîtrise à l’extérieur que de fréquenter une école de formation professionnelle locale. La bonne nouvelle pour les parents : le REEE ne se limite pas aux droits de scolarité et aux manuels.

Dépenses liées aux études

Le REEE peut servir à payer toute dépense liée aux études, sous réserve d’une preuve d’inscription à un programme admissible.
Vous n’avez pas à préciser de quelle façon l’argent sera utilisé ni à soumettre des reçus (mais conservez-les, juste au cas).
Ainsi, si votre enfant a besoin d’une voiture pour se rendre à ses cours, vous pouvez utiliser le REEE pour la payer, ainsi que l’assurance, l’essence, le stationnement et l’entretien.
Le loyer, les repas, les frais de subsistance, un ordinateur portable ou une tablette, un bureau de travail et les frais scolaires sont d’autres dépenses admissibles.
Comme le gouvernement ne publie pas de liste de frais admissibles (ou inadmissibles), il vous revient de déterminer de quelle façon le REEE sera utilisé pour les dépenses liées aux études.

Deux types de retraits

Lorsqu’il s’agit de retirer l’argent d’un REEE, vos cotisations ne sont soumises à aucune limite ni à aucun impôt pourvu que votre enfant soit inscrit à l’école.
On appelle Paiement d’aide aux études (PAE)* tout retrait de fonds que vous n’avez pas cotisés, dont les subventions d’État et les revenus de placement. Ces fonds s’ajoutent au revenu imposable de l’étudiant. Dans la plupart des cas, surtout s’il est possible que votre enfant n’ait pas besoin de la totalité du REEE, mieux vaut épuiser ces fonds d’abord. Pendant les 13 premières semaines du programme auquel votre enfant est inscrit, les retraits sont limités à 5 000 $ et à 2 500 $ pour les études à temps plein et à temps partiel respectivement. Un étudiant à temps plein peut ensuite effectuer tout retrait souhaité.
Une fois que votre enfant a quitté l’école, vous pouvez utiliser les PAE pour payer des dépenses liées aux études pendant encore six mois. S’il reste des fonds, vous voudrez peut-être attendre de voir si votre enfant reprend ses études. Les REEE peuvent demeurer ouverts jusqu’à 36 ans. Vous pouvez également transférer l’argent au REEE d’un frère ou d’une sœur, pourvu que ce régime ait été établi avant le 21e anniversaire de son bénéficiaire. Par ailleurs, vous pouvez transférer jusqu’à 50 000 $ de revenus à votre régime enregistré d’épargne-retraite (REER), s’il est établi depuis au moins 10 ans et si vous avez des droits de cotisation inutilisés.

Allez-y, profitez pleinement des subventions versées par le gouvernement fédéral dans les REEE. Ajoutez-y le report d’impôt et la souplesse en matière de dépenses, et vous obtenez un excellent outil pour aider votre enfant à faire des études sans s’endetter.

* La Subvention canadienne pour l’épargne-études et le Bon d’études canadien (BEC) sont offerts par le gouvernement du Canada. L’admissibilité au BEC dépend du revenu familial. Certaines provinces offrent des subventions pour l’épargne-études à leurs résidents.

Pour plus d’information, veuillez contacter Nicolas Godbout chez Impôts Ici !

 

 

Principaux changements importants pour cette saison fiscale des particuliers Nouvelles obligations des propriétaires et locataires