Optimiser votre REER : quelques petits trucs

La saison des REER approche et il existe quelques petits trucs afin de maximiser le plein potentiel de ce formidable outil fiscal. Quelques petits ajouts viendront à coup sûr bonifier les objectifs de retraite.

Avant même de planifier le montant de la cotisation, nous devons rappeler l’importance de créer des droits REER. Les gens en affaires à travers une compagnie incorporée peuvent choisir de se verser plus de salaire par opposition à du dividende afin de créer des droits REER dans le futur. Pour l’année civile 2013, un salaire maximal de 124 650$ génère des droits de 24 930$ déductibles en 2014 (le salaire d’une année donnée génère 18% de nouveaux droits REER pour l’année suivante). Comme la planification de la rémunération d’un actionnaire-dirigeant implique de nombreux autres facteurs, assurez-vous de bien en discuter avec votre conseiller fiscal d’Impôts Ici !.

Vous prévoyez retourner aux études ou acheter une première propriété ? Profitez d’économies d’impôts substantielles tout en conservant cet argent disponible à votre  projet en profitant du Régime d’Encouragement à l’Éducation Permanente (REÉP) et du Régime d’Accession à la Propriété (RAP). Beaucoup de personnes gardent des sommes à ces fins sans les injecter dans leur REER car ils ne savent pas qu’ils peuvent les retirer, sous condition, pour financer leurs études ou l’achat d’une propriété.

Une autre petite astuce pour maximiser la cotisation REER est d’ajouter au maximum déductible le montant à rembourser au titre du RAP ou du REEP, pour les personnes qui ont profité de ces régimes par le passé. En effet, ces sommes s’ajoutent au maximum déductible au titre des REER et ont tout intérêt à se retrouver au REER le plus rapidement possible pour générer du rendement.

Dans la même veine, on nous demande souvent si le solde RAP ou REEP devrait être remboursé plus rapidement que le minimum prévu. Dans le cas ou vous avez des liquidités excédentaires, il est préférable de rembourser le RAP ou le REEP car ces sommes capitaliseront à l’abri de l’impôt dès que déposés au REER. Par contre, assurez-vous que faire ainsi ne vous empêchera pas de maximiser le REER les années suivantes, car il est préférable de contribuer à son REER de manière déductible que de rembourser le RAP et REEP dont les contributions ne sont pas déductibles. Donc, on rembourse un RAP ou un REEP mais pas au détriment des cotisations régulières.

N’oubliez pas qu’il est permis de contribuer un 2000$ d’excédent à votre REER. Ce 2000$ n’est pas déductible mais le 2000$ capitalisera à l’abri de l’impôt sur une longue période de temps, ce qui peut devenir avantageux. Préférez le CÉLI à cette stratégie, mais utilisez là si vous avez maximisé vos droits CÉLI.

Un petit point mal exploité en planification REER concerne la distinction entre cotisation et déduction. Il est possible de cotiser à un moment et de déduire ces cotisations à d’autres moments. Si vous avez des liquidités disponibles, il est important de cotiser au REER et de profiter du report d’impôt dès maintenant et d’utiliser la déduction (et le retour d’impôt) au moment ou les taux marginaux d’impositions sont élevés, pas nécessairement l’année de la contribution. En effet, vous pouvez déduire la cotisation plus tard, à un moment fiscalement avantageux. L’idée est de contribuer au plus tôt mais de déduire au moment où c’est avantageux. Il est important d’en discuter avec votre fiscaliste car malheureusement, beaucoup de professionnels on tendance à prendre automatiquement la déduction maximale dès la contribution.

Enfin, le dernier truc concerne le prêt REER. Dans un cas où les fonds manquent pour contribuer, un prêt REER est souvent avantageux car il sert de levier financier. Le taux d’intérêt du prêt étant souvent inférieur au taux de rendement du REER, il en résulte souvent un rendement net positif. De plus, même si le taux d’intérêt est supérieur à l’espérance de rendement du REER, en utilisant le retour d’impôt pour rembourser une partie du prêt, il subsiste souvent un avantage car le solde du prêt REER (une fois le retour d’impôt appliqué) génère moins d’intérêt que la somme injectée dans le REER. Consultez votre conseiller financier pour optimiser votre prêt REER et vérifier si cette stratégie est efficace dans votre situation précise.

Nous espérons que ces petits conseils amélioreront votre planification de la retraite de manière substantielle. N’hésitez pas à contacter votre conseiller financier et votre conseiller fiscal chez Impôts Ici ! afin de bénéficier de services personnalisés de planification financière et fiscale.

Nicolas Godbout, fiscaliste et spécialiste en fiscalité des placements & assurances, Impôts Ici!

Questions sur naissance et conjoint Budget Québec 2013 - Quelques mesures intéressantes

Stay informed

Subscribe to receive advice and tips from our team!